Conseils pour l’entretien de votre couteau

Une règle d’or : Entretenez votre couteau régulièrement.

Tous mes couteaux sont garantis à vie. Toutefois, afin de profiter de cette garantie, vous devrez impérativement observer les conditions d’entretien ci-dessous, et en particulier ne jamais utiliser de lave-vaisselle pour l’entretien de vos couteaux.

Tout manquement à ces consignes entrainera une annulation de la garantie et la remise en état du couteau vous sera facturée, sur présentation d’un devis.

Le nettoyage

Dans l’idéal, un couteau artisanal ne se lave pas ; il s’essuie. Un lavage à grande eau peut nuire à la bonne santé de votre couteau.

Pour cela utilisez un chiffon humide pour nettoyer votre couteau après utilisation. Un tissus de type microfibre est idéal.

Pensez à essuyer le couteau avec un chiffon doux et sec après l’essuyage, ne le laissez pas sécher à l’air libre au risque de voir apparaître des points de corrosion (y compris pour des lames en acier inoxydable, bien qu’elles y soient beaucoup moins sensibles.

Les lames en acier carbone patinent avec le temps, elles prennent une couleur plus ou moins grisée ainsi que des reflets irisés. Ce phénomène est normal et plus ou moins intense selon l’utilisation du couteau. Des aliments acides par exemple peuvent donner une patine quasi immédiate à la lame (viande rouge, tomates, citrons…).

L’affutage

Pour conserver toutes les qualités de coupe de votre couteau, un affutage régulier de la lame est recommandé. N’attendez pas que le couteau ne coupe vraiment plus pour le faire, l’opération en serait d’autant plus longue et fastidieuse.

Dans l’idéal, je recommande l’affutage sur une pierre, naturelle (type pierre des Pyrénées et/ou coticule belge) ou synthétique (pierre japonaise). Je vous recommande d’utiliser deux granulométries différentes pour effectuer cette opération ; un grain moyen (+/- 1000) pour rénover le fil de votre couteau, et un grain fin (3000 ou plus) pour le polir. Vous pouvez compléter cette opération par une passage sur un cuir enduit de pâte à polir pour parfaire cette opération.

Évitez absolument l’utilisation d’affûteurs automatiques ou l’utilisation d’une meule sur touret, ces outils ont plus tendance à abimer la lame en enlevant trop de matière.

Pour affûter votre lame, il est nécessaire de conserver un angle constant de 15 à 20° pour obtenir un résultat optimal. Il existe des guides que l’on peut utiliser pour maintenir cet angle.

Si toutefois vous ne parveniez pas à obtenir un tranchant satisfaisant, je reste à votre disposition pour l’affutage gratuit de tous vos couteaux Mathieu Nésen – Coutelier. N’hésitez pas à prendre rendez-vous ou à me contacter pour cela.

Prendre soin du bois

Tous les bois que j’utilise sont secs et sains. Étant un matériau vivant il est possible que ceux-ci se dilatent et se patinent avec le temps. Afin de minimiser ce phénomène, il est impératif de ne pas plonger le manche dans l’eau.

Il conviendra également d’huiler ce manche, une à deux fois par an, avec une huile végétale neutre (huile de camélia, de pépins de raisins ou d’amandes douces par exemple).

Cette opération n’est pas nécessaire sur les bois stabilisés.

Les matières animales

Les matières animales (cornes, bois de cervidés, cuir, ivoires…) sont également des matériaux vivants, leur entretien sera donc le même que pour le bois. Il faudra être très attentif à ne pas les laisser plongées dans l’eau, et prendre soin de les huiler régulièrement.

L’entretien des mécanismes

Pour les couteaux pliants, il est recommandé de mettre une goute d’huile de temps en temps au niveau du pivot, du ressort, afin d’assurer la fluidité de la lame. Une huile végétale sera suffisante mais vous pouvez également utiliser une huile fine.

Si vous constatez que votre couteau prend du jeu, vous pouvez le resserrer au niveau du pivot, selon le cas soit à l’aide des vis, soit en matant le rivets en donnant de très légers coups avec un petit marteau (dans l’idéal un marteau boule).

Là encore, si cette opération vous semble trop délicate, je reste à votre disposition pour un entretien gratuit de tous vos couteaux Mathieu Nésen – Coutelier. N’hésitez pas à prendre rendez-vous ou à me contacter pour cela.

Le stockage

N’exposez jamais votre couteau à de fortes sources de chaleur ni à des environnements humides prolongés. Derrière un pare-brise par exemple, votre couteau sera exposé à des températures très élevées qui peuvent entrainer des dégradations importantes.

En cas de stockage prolongé, je vous recommande de graisser légèrement la lame avec quelques goutes d’huile et de le stocker ouvert et hors de son étui le cas échéant.

Ressources

Panier